20 avril 2012

Semaine Spéciale #5 : Interview de Marie Pavlenko


Pour finir cette Semaine Spéciale le Livre de Saskia, voici une interview de l'auteur : Marie Pavlenko :) 


1ère Partie : L’Auteur

Ariane : Pouvez-vous vous présenter ?
Marie : Je m’appelle Marie, j’écris des histoires...

Avez-vous toujours voulu écrire ?      
Oui mais être publiée a longtemps été une sorte de rêve inatteignable.

Quand avez-vous commencé à écrire ?
Voyons voir... vers huit, neuf ans, j’écrivais déjà de petits récits, mais qui sont restés dans des cartons et qui devaient être assez minables, quand j'y repense. Bien plus tard, j'ai écrit mon mémoire de maîtrise, mon mémoire de DEA, puis j’ai fait l’école de journalisme de Lille, j’ai été pigiste (et là, pendant quatorze ans, j’ai écrit, écrit, écrit, écrit, et je n'ai jamais cessé d'écrire…).

Quel livre vous a marqué, durant votre enfance ?
Il y en a plusieurs. J’adorais Roal Dahl, j’ai lu et relu Le Bon Grand Géant. À 9 ans, j’ai lu le Faucon déniché, un livre qui m’a beaucoup marquée. J’y ai découvert qu’on pouvait transmettre des émotions plus profondes, autres que le rire, qu’on pouvait émouvoir, rendre triste, faire pleurer, bouleverser avec des mots. C'était assez violent et je m'en souviens très bien. L'année suivante, j'ai lu Le Seigneur des anneaux et un monde s'est ouvert à moi ! J'ai eu la chance d'avoir un père qui lisait beaucoup de SF, et qui, au collège, m'a offert des ouvrages comme Niourk, ou L'homme qui rétrécit.

Avez-vous des sources d’inspirations particulières quand vous écrivez ? (musique…)
J’écoute beaucoup de musique, notamment des musiques de film et énormément de musique classique (je ne suis pas hyper-moderne, hein...). Quand j’écris sur un sujet, j'ai souvent besoin d'écouter une musique qui m’y plonge. Mes choix sont instinctifs. Pour le tome 1 du Livre de Saskia, par exemple, j’ai surtout écouté la bande originale d’Arietty (composée par Cécile Corbel), celle de Dragons (John Powell) et l'album Bang Goes The Knighthood (The Divine Comedy). Mais je ne sais pas pourquoi :)

Quels genres de livres lisez-vous ?
Je lis de tout, mais depuis un an et demi, mon champ s'est un peu rétréci (enfin, il s'est rétréci et élargi à la fois !) et je me concentre presque uniquement sur de la SF et de la Fantasy. Je ne le fais pas exprès, j'en ai besoin.

Avez-vous des auteurs fétiches ?
Mon auteur préféré, c'est Victor Hugo, largement en tête. Mais sinon, j'en aime plein d'autres, comme Ursula K. Le Guin, Anne McCaffrey, les frères Strougatski, Wei Wei, Romain Gary, Mikhaïl Boulgakov, Joseph Kessel, Antoine de Saint-Exupéry... Il y en a trop !

2ème Partie : Le Livre de Saskia

Comment vous est venue l’idée du monde de Saskia et des Enkidars ?
J'avais envie de parler de créatures avec des ailes. Le reste euh... est venu au fur et à mesure.

Quand paraîtra le troisième tome du Livre de Saskia ?
Si tout va bien, en 2013.

Combien de temps l’écriture d’un tome vous prend-elle ?
C'est fluctuant. J’ai travaillé très vite pour le tome un. J'ai mis deux mois et demi à l'écrire, plus trois semaines de retouches, environ. Mais il me brûlait les doigts. J'avais besoin d'aller vite. Je me suis plus posée pour le deuxième tome, et j'y ai passé neuf mois.

Quand vous avez commencé à écrire Le Livre de Saskia, vous connaissiez déjà la fin de l’histoire ?
Je ne « connais » pas exactement la fin, en ce sens que je ne sais pas exactement ce qui va se passer, quelle va en être l'action, mais je sais ce que je veux dire, je connais la direction à prendre, l'issue à laquelle je veux aboutir.

Comment se passe l’écriture d’un tome ?
J’écris à l’aveugle : je connais le début et la fin, le reste se fait au fur et à mesure.

D’où provient le vocabulaire des Enkidars ?
De nombreux mots et noms sont signifiants. Par exemple, « Tod » veut dire « mort » en allemand. Enkidar vient de Enkidu, qui était le compagnon de Gilgamesh, le héros de la toute première histoire écrite de l'humanité. Soi j'invente des mots (Kartan), soit je puise dans des langues étrangères. Ça dépend de ce que je trouve, de mon humeur, de la sonorité du mot autant que de sa signification... Mais je m'amuse beaucoup !

Et pourquoi « Saskia » ?
Alors, je ne sais pas, mais il fallait absolument que cette fille s’appelle Saskia. Mon éditeur m’a demandé de changer, et j’ai essayé ! Mais ça ne marchait pas : il fallait que ce soit Saskia. Et puis j’ai découvert que dans les pays du nord, selon une des nombreuses étymologies, Saskia signifie : « Celle qui sauve l’humanité ». Étrange, non ?

Pour finir, un conseil pour les écrivains en herbes ?
Ecrire, écrire, écrire ! Sur tout, sur rien, parler des poireaux ou des moineaux, qu'importe. Juste écrire.

Pour finir, j'aimerais remercier Marie Pavlenko pour m'avoir accordé cette interview, son temps et pour avoir été aussi sympa !
***

Pour en savoir plus sur ma semaine spéciale : c'est ici !
Retrouvez également la liste des articles, et la présentation sur la page à ce nom





7 commentaires:

  1. C'est une interview sympa, je ne connais pas ses livres, mais ça me donne envie ! :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je ne peut que te conseiller de les lire ;)

      Supprimer
  2. Je n'ai encore pas lu les livres de l'auteure mais j'en entends que du bien. Je le lirais c'est sur :) !!! Bravo pour l'interview :) !!!

    RépondreSupprimer
  3. J'adore tes questions & Marie Pavlenko a l'air très sympa ! En découvrir la genèse me fait encore plus apprécier son univers :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est pareil pour moi :) Et oui, Marie Pavlenko a vraiment été super sympa !:D

      Supprimer

Laisser une trace de votre passage :)

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...